Peintures juillet-aout 2008

dernieres créations et barbouillages par mué……

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

peinture avec mué

quelques peintures de cette année. J’ai l’envie d’exploiter le mélange  peinture/gravure; graver une planche et peindre directement dessus avec ou sans soucis du motif graver…

 

 

 

 

essai peinture/gravure. texte: « si on peut plus se gratter les couilles, où va la France? »

dessin avec jean-jacques épisode 2

D’autres dessins ,des seins, des saints… nus, machine, et autres manufactures.

 

affiche

voici une affiche réalisée par mué; elle ne fut pas gardé pour etre l’affiche « officielle ».

 

construction poil au f…

Durant trois semaines, nous avons était solicité pour la construction de l’expo; divers postes étaient à remplir.

Pour ma part je me suis surtout occupé de se qui touché au bois; j’ai débité la quasi totalité des planches nécéssaires aux réalisations. aprés avoir fini ma pièce, j’ai aidé mes petits camarades à poursuivre leurs « rèves »; peinture, menuiserie, agencement, soudure…

 

                                         les NéoNs (recette)

 

pour réaliser cette pièce, nous avons besoin de : -une trentaine de néons et leurs supports

                                                                              -du fil électrique environ huit fois la distance qui sépart Nicolas S. du pot de confiture posé sur l’armoire

                                                                              – des gélatines vertes

                                                                              -une prise

                                                                              – deux planches de cinq mètres

                                                                              – deux courbes en contre plaqué de cinq mètres

                                                                              – de la peinture noire

                                                                              – quatre enceintes

                                                                              – une programmation musicale faite d’un medlay de divers interprétations de la chanson « la vie en rose »

 

          = tout d’abord il faut prendre les deux planches de cinq mètres, les placer en parralèle; ensuite visser les supports des néons dessus. il faut aprés, cabler l’ensemble de ses « zigoingoins », une tache fastidieuse.

Une fois cette tache réalisée, il faut installer le tout sur un mur, nous avons en amont tronçonné les planches en quatre sections pour une question de poids lors de l’accrochage. Ensuite fixer les néons recouvert de leurs gélatines sur les supports sus-nommés; enfin prendre les courbes en contre plaqué et les positionner sur l’ensemble. Voila pour la partie manuelle de cette pièce, il ne nous reste plus qu’à placer les quatre enceintes de manière à ce que l’effet tournoyant soit le plus optimisé pour les oreilles des visiteurs.

 

      

 

 

 

 

 

 

Jean Régis Pipistrelle

                                                     Jean-Régis Pipistrelle (1923-1975)

 

Né le 1er Novembre 1923 à Condom; son père était travestit chez « Michou » et sa mère vendait du cannabis à la sortie des écoles. Jean-Régis est le troisième d’une portée de triplets, le seul non trisomique.

Aprés la mort de son père en 1933 (il fut violé et torturé par le sosie de Mimie Mathy, à cause d’une sombre histoire de vole de string), Pipistrelle entreprend des études de peinture à l’école de Guantanamo Sur Meurthre. Dés 1936 il est renvoyé car il était trop con et avait un certain gout pour la pop musique.

En 1947, aprés une longue dépression, il décide de revenir vers l’art et étudie dans l’atelier Picasso de Mulhouse, il y découvre que peindre avec des pinceaux c’est mieux. Riche d’une certaine technique il ouvre sa propre école en 1955; il compte parmis ses élèves: Framboisier, Bioman et le captain Igloo; qui deviendront 3 figures de l’art contemporain.

En 1960, il entame une série de voyages dans son appartement, qui se poursuivra jusqu’en 1968.Aprés la découverte en 1962 de sa salle de bain, Pipistrelle se tourne vers la sculpture sur gant de toilette; qui sera la principale source de son oeuvre. Les thèmes récurants dans l’art de Jean-Régis sont: les bananes, la cuisson au bain marie et l’abstraction morale qui nous interdit de faire pipi à contre-sens du vent.

1966 fut l’année de la reconnaissance par ses pairs à la mairie de Condom, aprés sa fameuse exposition « Putain où qui sont les Chocapic » à la galerie « taureau ailé » de Paris. S’en suit une série d’évènements bouleversants qui le plonge dans le souvenir de son père; il débute alors sa période bleue, en hommage à l’ancien employeur de son père, qui fit beaucoup pour la famille Pipistrelle.

En 1971, Jean-Régis fait la connaissance de Jésus Cri; un acteur minable illuminé notoire, dealer de surcroit(x), qui l’entraine doucement vers les chemins de la drogue. Pipistrelle se shoot dés lors régulièrement au « cordon bleu » ( cette drogue entraine l’apparition sur l’épiderme d’une couche de pannelure jaune doré, qui oblige les gens a vous appeler « Titi », se qui provoque la mort par une forte dose de honte.) 

Le 21 juin 1975, à la suite d’une longue déchéance Jean-Régis meurt dans le bras de sa mère (elle n’en avait qu’un, elle du vendre l’autre à un amateur de chocolat pour subvenir aux besoins des siens.). Pipistrelle laisse une oeuvre composé de sculptures, de peintures et de crèpes. Son chef d’oeuvre restera sans doute la sculpture  » la femme sans nichons » réalisée en 1964.

 Jean-Régis Pipistrelle est, encore de nos jours, resté incompris par les critiques d’art.

   La femme sans nichons 1964

La vie en rose

Notre groupe se servira de la persistance rétinienne comme base pour créer la pièce. Lorsque l’on fixe un certains temps une lumière verte et que par la suite on reviens à une lumière blanche, nos yeux ont la réaction de nous faire voir en rose.     Nous avons donc utilisé le nom de la chanson pour illustrer le propos du groupe. Nous ferons une composition  de néons verts, avec dessus des caches en bois. Ceux ci  dessineront un graphisme (de mon cru) qui modèlera l’effet d’optique. Quatres baffles, placées chaque une à un angle de la salle d’exposition diffuseront le morceau d’Edith Piaf.  Un effet tournoyant sera créer par un programme informatique de son en 4.1. Il nous faudra aussi trouver le bon « timing », entre la lumière verte et la blanche sans que cela ne gène trop le reste des pièces. Voici un dessin qui montre un p’tit aperçu de la « chose ».     verthybrid.jpg